Apprenez les facteurs de risque pour éviter la crise cardiaque

Vous devez certainement connaître le bon vieux proverbe qui dit que dans la vie, il vaut mieux prévenir que guérir! Ce proverbe est plein de sens surtout dans les moments de notre vie où nous avons la possibilité de changer pour le mieux. C’est avec ces mots remplis de sagesse que nous sommes intéressés d’aborder avec vous, le sujet traitant des principaux facteurs de risque pouvant augmenter les chances de souffrir un jour d’une crise cardiaque. La plus part des gens que nous avons formé au cours de ces dernières années que se soit dans le cours de secourisme dédié aux employés travaillant dans les garderies ou bien lors de l’une de nos formations axées sur la RCR et le DEA (Défibrillateur Externe Automatisé), sont surpris d’apprendre qu’il existe un grand nombre de facteurs de risque pouvant causer une crise cardiaque. Les facteurs qui seront traités dans cet article ont été inspirés de l’article, La prévention des maladies du coeur écrit par l’équipe de la Fondation des Maladies du Cœur du Québec.

Catégories de facteurs de risque

Il existe deux catégories de facteurs de risque. Les facteurs qui peuvent être contrôlés soit en modifiant vos habitudes de vie par vous-même ou bien à l’aide de médicaments, conseils de votre médecin de famille, etc. Puis, il y a les facteurs que vous ne pouvez contrôler malheureusement.

Facteurs de risque contrôlables

L’Hypertension artérielle fait parti de l’un des principaux facteurs de risque associé aux maladies du coeur ainsi qu’aux accidents vasculaires cérébraux (AVC). Une personne atteinte d’hypertension artérielle peut contrôler celle-ci par la prise de médicaments favorisant le contrôle de ce type de problème de santé. Cependant, il est important de comprendre que ce facteur à long terme peut créer des dommages importants au niveau des artères du coeur ce qui par la suite, favorise l’accumulation de dépôts graisseux à l’intérieur de celles-ci. C’est pourquoi, il est primordial de traiter ce problème le plus rapidement possible afin de limiter les dégâts!

L’hypercholestérolémie augmente considérablement les chances de souffrir de problème cardiaque. Un taux de cholestérol élevé favorise le rétrécissement des artères du coeur ce qui pourrait affecter le circulation sanguine. Demandez à votre médecin de faire les tests nécessaires afin d’avoir l’heure juste sur votre taux de cholestérol et ainsi, prendre les mesures nécessaires pour réduire ce taux si problème il y a.

Le diabète contribue à augmenter les risques associés aux maladies du coeur. Les personnes atteintes du diabète doivent redoubler de prudence lorsque vient le temps de contrôler leur taux de sucre, car à long terme, un taux de sucre élevé dans le sang favorise la création de caillots graisseux au niveau des artères et par le fait même nuit à la circulation sanguine normale.

L’embonpoint fait parti des facteurs de risque qui peuvent être contrôlés. Saviez-vous que plus de 60% des adultes canadiens souffrent présentement d’embonpoint ou d’obésité. De nos jours, il n’est pas toujours facile d’adopter des choix sains sur le plan de notre alimentation, mais le fait d’être capable d’atteindre son poids santé peut véritablement réduire les risques reliés aux crises cardiaques ainsi qu’aux AVC.

La consommation excessive d’alcool peut aggraver votre cas. Il a été prouvé que de boire avec modération de l’alcool pouvait réduire les risques de souffrir de maladies du coeur et d’AVC, mais il est important de comprendre que l’excès peut aussi bien pencher contre vous. Si vous buvez de l’acool, il est recommandé d’éviter de boire:

  • plus de 2 consommations par jour pour un maximum de 10 par semaine pour les femmes.
  • plus de 3 consommations par jour pour un maximum de 15 par semaine pour les hommes.

Une consommation représente:

  • 341 ml / 12 oz (1 bouteille) de bière à un degré normal d’alcool (5 % d’alcool)
  • 142 ml / 5 oz de vin (à 12 % d’alcool)
  • 43 ml / 1 1/2 oz de spiritueux (à 40 % d’alcool)

La sédentarité peut vous affecter à long terme. Ce facteur de risque contribue à doubler vos chances d’être atteint d’un AVC ou bien d’une crise cardiaque. Il est très important d’être actif régulièrement afin de veiller à garder votre système cardiovasculaire en santé longtemps. Dans nos cours de secourisme et de RCR, nos clients sont souvent agréablement surpris d’apprendre que seulement 30 minutes d’exercice par jour peut vous aider à vous garder en forme.

Le tabagisme est sans surprise un de ces facteurs qui peut être évité. Il contribue à augmenter votre pression artérielle, à l’accumulation de plaque, la réduction de l’oxygène dans votre sang ainsi qu’à la formation de caillots pouvant être fatal. Le fait d’arrêter de fumé pendant seulement 1 an permet de réduire les risques de moitié et pour 10 ans d’arrêt, les risques d’être touchés par un cancer des poumons sont réduits de moitié.

Le stress est bel et bien un facteur de risque. À l’époque où nous vivons, il est évident que le stress fait parti de nos vies. Cependant, certaines personnes peuvent parfois avoir plus de difficulté à le contrôler. À long terme, chez les personnes régulièrement stressées, le stress peut contribuer à amplifier d’autres facteurs de risque comme l’hypertension artérielle ainsi que le taux de cholestérol.

Facteurs de risque incontrôlables

L’âge est l’un des facteurs faisant parti des risques que nous ne pouvons contrôler. En vieillissant, nos risques augmentent et c’est pour cela que le fait d’adopter des choix sains tout au long de votre vie pourra vous aider à mieux contrer ce facteur.

Le sexe a une incidence importante sur vos chances de contracter une maladie cardiovasculaire. Les hommes de 55 ans et plus et les femmes ménauposées ont plus de risque d’être touchés par ce type de problème de santé. De plus, avant la ménaupose, les femmes courent moins de risque les hommes.

Les antécédants familiaux font partis de ces facteurs. Si un membre de votre famille immédiat a subi un AVC ou une crise cardiaque avant l’âge de 55 ans, vous aurez malheureusement plus de chance d’être touché.

L’origine ethnique peut aussi contribuer à augmenter les risques d’AVC et de crises cardiaques. Il a été prouvé que les Autochtones ainsi que les personnes d’origine africaine ou sud-asiatique sont plus susceptibles de souffrir d’hypertension artérielle et de diabète.

Si vous avez déjà souffert d’AVC, de mini-avc dans le passé, vous êtes plus à risque.

En conclusion, si vous venez de vous rendre compte que vous avez un ou plusieurs de ces facteurs de risque, il n’est jamais trop tard pour changer vos habitudes de vie afin de diminuer le plus possible vos risques d’être atteint d’une maladie du coeur. De plus, si vous êtes intéressé d’en apprendre davantage à ce sujet ou bien que vous désirez suivre une formation en premiers soins et RCR avec l’équipe d’Educasoins, n’hésitez à communiquer avec nous.

Lire aussi

Source: www.fmcoeur.ca

By |2018-02-09T14:22:40+00:0019 août 2013|Categories: Catégorie|0 commentaire